RUBRIQUE : PROBLEME

--> AUTRES ARTICLES A LIRE

L'agressivité chez le chat : un épineux problème...

Par Florence Cailliot-d'Ivernois, comportementaliste
www.comportementaliste-chat.com
 

L'agressivité du chat dérange, fait peur et n'est que très rarement interprétée pour ce qu'elle est. On parle souvent de méchanceté, de dominance, de vengeance, de vice ou encore de rancune pour qualifier le chat qui fait preuve d'agressivité. Mais rien de tout cela n'est réel. 

L'agressivité entre chats

Les chats s'agressent dans différents contextes, en particulier dans les saisons amoureuses (en période de rut et de chaleurs).

Les chats sont amenés à se battre lorsqu'ils veulent défendrent un territoire ou qu'ils veuillent éloigner un prétendant. Des chats qui sont obligés de cohabiter ou de partager un territoire peuvent aussi devenir très agressifs.

En famille aussi l'agressivité peut avoir cours, par exemple lorsque la mère veut rejeter hors du nid ses fils devenus grands et aptes à assurer leur survie (vers 6 mois). La femelle risque aussi d'agresser tout chat (et parfois toute personne) qui s'approcherai de trop près de ses petits. C'est l'agression dite "maternelle".

Parfois aussi, simplement pour remettre de l'ordre dans les règles sociales établies, les chats peuvent se battre ou se cracher dessus, ou encore se donner des coups de pattes.

 Les diverses formes d'agressivité vis à vis de l'humain

Qu'est-ce qui pousse un chat à être agressif vis à vis des humains, à fortiori vis à vis des humains qu'il apprécie le plus ? Voici les formes les plus fréquentes d'agressivité :

Le chat "caressé-mordeur" : le chat se met à mordre, parfois très violemment sitôt qu'on le caresse un peu trop longtemps. Une réorganisation des relations entre le chat et la personne peut grandement aider à améliorer la situation.

L'agression au cours du jeu : le chat se met à mordre ou à griffer dès qu'il est trop excité. C'est généralement parce que a du mal à gérer ses propres émotions que le chat agit ainsi. Il manque d'autocontrôle. Il faudra donc veiller à réapprendre à jouer avec lui de sorte de ne pas l'amener au point de rupture, ou bien de le détourner vers un objet plutôt que vers nos mains. Il ne faut surtout pas jouer à la bagarre avec ces chats (et ne pas jouer avec les mains !)

L'agression par peur : le chat a peur de l'un de ses propriétaires, même si c'est l'unique signe de sa peur (car par ailleurs il peut lui arriver de se montrer câlin avec cette même personne). On voit parfois ces chats attaquer la personne en pleine nuit quand elle dort, ou aussi quand elle est immobile à côté du chat (sur un canapé par ex.) ou encore lorsque la personne passe ou fait un geste brusque près du chat. Le fruit de cette peur est souvent des réprimandes ou des punitions violentes que la personne en question aura exercée sur le chat, même si ce fut occasionnel. Parfois, les chats ont simplement peur des hommes en général, et pas des femmes.

L'agressivité apprise. Vous avez bien lu : l'agressivité est très souvent enseignée par les humains eux-mêmes ! Souvent, cela comme lorsque le chat est petit, et qu'il a des jeux agressifs. C'est normal, c'est un chaton et le jeu de bagarre est le jeu favori des chatons. Tant qu'il ne fait pas mal, on ne dit pas grand chose. Puis ses dents poussent, et son agressivité devient gênante. alors on le réprimande, on le punit parfois, même très fort, on pointe son doigt vers lui et on lui dit "Non !", en le regardant longtemps dans les yeux pour vérifier qu'il a bien compris. Et puis à d'autres moment, il fait des bêtises, alors on cherche à l'éduquer, on lui met des pichenettes, des fessées, on l'enferme dans un pièce pour qu'il se calme etc. Toutes ses réactions, proprement humaines, sont parfaitement contre-productives. Plus on réagit en punissant ou en réprimandant le chat, plus on lui enseigne une seule chose : les humains sont agressifs (en criant, en regardant longtemps dans les yeux, en tapant etc.) ; avec les humains, c'est normal d'être agressif. Et c'est à celui qui gagnera la bagarre, ou qui fera le plus mal.

L'agression de douleur : en toute logique, un chat qui a mal peut devenir agressif. Il veut éloigner tout individu qui pourrait lui faire mal ou aggraver sa douleur (s'il est malade par ex.). Les vétérinaires connaissent (trop) bien cette forme d'agressivité.

Dans tous les cas, sachez que l'agressivité est un problème qui se résout très bien dans le cadre de thérapies comportementales. En réorganisant les relations, en allant à la source de l'agressivité du chat, on obtient de très bon résultats. L'aide d'un(e) comportementaliste peut donc être très utile.

Ce qui aggrave l'agressivité du chat

La peur est le vivier le plus fertile pour faire naître des comportements agressifs. Un animal qui a peur, que ce soit un chat, un chien, un rat ou un humain, peut devenir agressif. Un chat qui a très peur ne reconnaît plus "ni père ni mère". Il peut donc agresser toute personne qui s'approche de lui et qui tenterai de le toucher. Lorsque le chat a peur, quel qu'en soit la raison, il faut le laisser tranquille et s'éloigner le temps qu'il reprenne ses esprits et qu'il se rassure.

L'anxiété et le stress sont aussi de bons conducteurs d'agressivité. Nous sombrons nous-mêmes facilement dans la colère lorsque nous sommes stressés ou anxieux. C'est une réaction animale normale. La venue d'un nouveau chat, l'après visite chez le vétérinaire, un voyage, un changement de territoire, des punitions répétées, un choc violent ou une peur intense sont autant d'exemples de situations qui peuvent pousser un chat à devenir agressif. Cette agressivité est souvent temporaire, mais parfois elle s'installe. Une thérapie comportementale peut donc s'avérer nécessaire.

Le mauvais sevrage du chat (retiré de sa mère et de sa fratrie avant 4-5 mois) est une source infinie de difficulté. "Rien ne remplace la mère !" dit l'expression populaire. C'en est tellement vrai, qu'une multitude d'études ont pu démontrer scientifiquement à quel point les animaux et les petits de l'Homme peuvent être perturbés par cette absence maternelle (ou cette défaillance lorsque c'est la mère qui délaisse son petit). On a beau nourrir un chaton au biberon, lui apporter chaleur et protection, il souffrira quand même d'un certain déséquilibre. Et en particulier de difficulté à gérer ses propres émotions. Tous ses comportements auront tendance à être excessifs. Ces chats sont donc plus enclins à devenir agressifs lorsqu'ils sont dépassés par leur propres émotions (stress, peur, excitation lors du jeu etc.).

La captivité et surtout le fait de rester seul trop longtemps est un facteur aggravant de l'agressivité. Les prisonniers humains sont eux aussi soumis à un régime de manque d'espace (et de liberté) et d'inactivité. L'agressivité apparaît alors comme un exutoire incontrôlable. Le chat est exactement dans les mêmes conditions. Lorsqu'un chat, souvent jeune, est amené à rester 365 jours par an dans un appartement ou une maison sans sorties possibles (autre que sur le balcon), et que ses propriétaires le laissent seul plus de 8 heures d'affilées, il peut parfois se défouler en devenant agressif.

Enfin, les punitions, les réprimandes, l'éducation de manière générale sont autant de moyens rapides et sûrs pour transformer un adorable minou en un Rambo impossible à gérer. Soyons zen et tolérants ! Ce n'est pas en punissant un chat lorsqu'il est agressif qu'on peut arranger son comportement ! Donnerions-nous la fessée à un lion qui rugit ou qui se montre agressif ? Non ! Nous trouverions ça complètement fou, car nous aurions l'intuition que cela ne pourrait que dégénérer ! Et bien à une autre échelle, celle du chat, les réactions sont pourtant exactement les mêmes !
L'éducation du chat, trop souvent présenté comme un outil indispensable à la bonne cohabitation entre l'humain et le chat, est un leurre. Ce n'est bien souvent qu'une source de difficultés. Et oui...

ARTICLE PROPOSÉ PAR

 
Florence Cailliot-d'Ivernois

Éthologue et comportementaliste
www.comportementaliste-chat.com

 

 

 

 

Consultez l'ensemble de nos produits pour chat

 

Cliquez ici