Le Club

Consultez l'ensemble de nos produits chiens

 

RUBRIQUE : COHABITATION

--> AUTRES ARTICLES A LIRE


Le chien et l'enfant : une relation à risques ?

Les enfants étant souvent demandeurs d’un chien à la maison, se pose la question de savoir si la présence d’un animal et d’un chien en particulier, est utile et bénéfique au développement d’un enfant ?

Une cohabitation chien/enfant n’est jamais sans risque !

Alors décider de faire cohabiter un ou plusieurs enfants avec un chien ne peut pas se faire dans l’approximation, la hâte d’un coup de tête ou d’un coup de cœur pour un « gros nounours » vu dans une vitrine !
L’achat responsable commence en portant son choix sur un chiot correctement sociabilisé dans ses premières semaines de vie.

Pour cela un éleveur sérieux veille (durant la période dite sensible) aux contacts multiples de ses chiots avec des humains de tous genres, adultes, ados, enfants en bas âge et bébés. 

Cette familiarisation précoce prépare le petit animal à se montrer moins craintif à l’approche toujours un peu singulière et turbulente des enfants, limitant ainsi les risques de morsures par peur.

Certes, un chien n’est pas indispensable au bon développement d’un enfant, mais il contribue à son éveil et son épanouissement.

Jamais un chien ne trahit l’enfant qui lui confie sa peine ou ses peurs. Jamais il ne le juge, jamais il ne résiste à son appel au jeu, c’est ce qui en fait un si précieux compagnon.

Mais une telle complicité partagée se gagne, en aidant l’enfant à bâtir une relation basée sur le respect mutuel.

Et c’est pour prévenir tout accident que les parents ont à apprendre à l’un, à comprendre l’autre.

Pour « apprendre l’animal » à l’enfant et « apprendre l’enfant » à l’animal en toute sécurité, il faut d’abord commencer par s’informer soi-même, connaître très bien les conduites sociales canines et savoir comment positionner relationnellement le chien dans la famille, pour qu’il soit sous l’autorité incontestée de ses maîtres.

L’idéal est de commencer l’éducation de l’un avant celle de l’autre.
Offrir par exemple un petit molosse à un très jeune enfant, relève du trop périlleux tour de force d’apprendre les bases de la vie sociale aux deux en même temps.

L’un et l’autre réclament chacun beaucoup trop d’attention et de disponibilité dans leur jeune âge, pour que cela puisse être mené de front confortablement.

Accueillir un bébé quand on a déjà le chien...

Mais l’idéal reste d’attendre bébé quand on a déjà bien installé une harmonieuse cohabitation avec son animal.

Comment un chien auquel sont offerts au quotidien maints privilèges de la dominance, pourrait-il ne pas ressentir de frustration devant le nourrisson, qui pourrait alors être vécu comme un intrus. 
 

Pour qu’un chien correctement positionné chez lui dans sa relation soit d’autant mieux capable de vivre l’arrivée d’un bébé, il faut d’abord veiller à ne pas changer ses habitudes et ne pas l’écarter de la relation parents/enfant. Une diminution des attentions de ses maîtres peut déclencher chez le chien un désordre émotionnel et comportemental, une phase dépressive parfois. 

Pour son bon équilibre, il est bon de moins s’en occuper quand bébé dort, mais de donner les soins au bambin toujours en sa compagnie. Apprendre à l’animal la promenade en laisse près de la poussette et ne jamais les laisser seuls sans surveillance, en pensant que le chien va garder le petit !

Les avantages psychoaffectifs que l’on peut prévoir pour un enfant avec un chien à la maison, ne pourront cependant se déployer que si les parents sont conscients qu’ils ne devront jamais attendre de l’Un qu’il se charge de l’Autre.

Une mère débordée par un bébé difficile ne doit pas attendre que la simple présence d’un chien (ou d’un chiot !!) vienne réguler les humeurs et comportements du bambin. 

A l’inverse, un couple trop pris professionnellement ne doit pas attendre de l’enfant qu’il s’occupe de l’éducation et des soins à donner à l’animal. La présence de celui-ci engendre les contraintes journalières de le nourrir, le soigner, l’éduquer, le toiletter, le sortir plusieurs fois par jour, et ce jusqu’à la fin de sa vie.

Ces responsabilités incombent et ne restent toujours qu’à la charge des parents, même s’ils peuvent déléguer parfois quelques tâches à l’enfant (vérifiant que tout se passe dans le respect de l’animal).  Charge pour les parents, d’apprendre très tôt à l’enfant, qu’un chien est un être vivant avec des besoins vitaux comme manger, boire et se reposer et qu’il ne doit absolument pas être dérangé à ces moments là.

Qu’il éprouve des émotions assez semblables aux nôtres comme la joie, la colère par exemple.  Qu’il peut être malade et souffrir tout comme nous. Que si c’est un chiot, il doit faire l’apprentissage de la vie chez les humains avec la patience, la gentillesse mais aussi (et surtout avec un molosse) la fermeté de tous, et que les règles strictes de vie qu’imposent ses parents à l’animal, doivent être appliquées.

L’enfant doit cependant être initié à ce que son chien n’est pas absolument semblable à nous, et qu’il ne va pas réagir comme un être humain le ferait à sa place.  Son compagnon à 4 pattes est d’une autre espèce que la nôtre et les parents doivent aider l’enfant à connaître et respecter ses différences.

 

ARTICLE PROPOSE PAR

 
Danièle Mirat
 comportementaliste Homme/chien, Homme/chat
Entretiens à domicile (dpt 92/93/95 et78/60)
tel : 01-39-80-76-58 et 06-68-01-35-41
e-mail : daniele.mirat@wanadoo.fr

www.communicanis.com
 

 

 

Consultez l'ensemble de nos produits

 

Jouet pour enfant
chien à tirer

10146

 

Peluche pour enfant
Toute douce

10918

 

Balle
Action ball
pour chien

JJL45669