Le Club

 ACCUEIL

Retour à la page d'accueil


  SANTÉ

Mieux se soigner naturellement


 MÈRE-ENFANT

Porter, allaiter, materner et prendre soin d'un petit d'Homme


 SOCIÉTÉ

Écologie, philosophie,
art de vivre


 SPIRITUALITÉ

Textes spirituels et religieux sur l'Homme et la Nature


 

 

 

MERE-ENFANT

--> AUTRES ARTICLES A LIRE

Allaitement maternel : inné ou acquis ?

Par Véronique Darmangeat, consultante en lactation
www.allaiteraparis.fr
 

La nature a tout prévu

On ne peut l’aborder sans prendre connaissance des différents acteurs de l’allaitement maternel.

Tout d’abord le bébé lui-même. Si l’on pose à la naissance un bébé sur le ventre de sa mère, il va de lui-même grimper, chercher, trouver le mamelon et se mettre à téter seul (le réflexe de succion est déjà présent in utero). Il n’a besoin d’aucune aide.

Le corps de la mère est fait lui aussi pour allaiter. Au moment de l’accouchement, la lactation se met en place automatiquement et si une mère ne souhaite pas allaiter, il faut alors prendre garde à stopper la lactation avant que les seins de la mère soient engorgés et douloureux.

Le démarrage de la lactation chez la femme et le comportement du bébé à la naissance indiquent donc que l’allaitement est prévu par la nature et que dans ce domaine, l’humain est un mammifère comme les autres.

Un comportement trop souvent perturbé

Mais l’Homme a souvent tendance à perturber ce comportement « inné ».

A la naissance, les obstacles sont nombreux : on aspire les glaires du bébé, on sonde son œsophage (deux pratiques qui perturbent souvent la bonne succion du bébé), on le sépare de sa mère, on lave les mamelons de la mère (deux autres pratiques qui perturbent le comportement réflexe du bébé pour trouver le sein de sa mère).

On impose ensuite des horaires et des temps de tétées rigides qui ne correspondent pas aux besoins du bébé et perturbent la mise en place d’une lactation adéquate chez la mère.

Ces comportements peuvent être améliorés en prenant en considération les besoins exprimés par le bébé : à la naissance, bien couvrir le bébé et le laisser faire connaissance avec sa mère, le laisser adopter ses comportements réflexes qui lui assurent un bon début d’allaitement. Par la suite, ne pas restreindre les tétées, ni en nombre, ni en temps, laisser le bébé en peau à peau contre sa mère le plus longtemps possible.

Ces mesures simples permettent de préserver l’aspect « inné » de l’allaitement maternel.

Une mauvaise acquisition par manque de soutien

Cependant, comme chez nos cousins les grands primates, si une mère n’a jamais vu une autre mère allaiter son petit, elle ne sait pas comment s’y prendre : mauvaise position, difficulté à repérer les signes de faim du bébé, désarroi devant les pleurs de son bébé, nombreuses douleurs non identifiées comme des signes de souci, … Il y a donc une partie culturelle dans la mise en place de l’allaitement et dans sa conduite.

Là encore notre culture perturbe l’apprentissage de l’allaitement maternel pour la mère.

Cela commence dès avant la naissance dans le fait d’inquiéter la mère : aura-t-elle assez de lait ? Son lait sera-t-il bon pour son bébé ? A-t-elle des mamelons suffisamment bien conformés pour l’allaitement ? … On perturbe ainsi la confiance que la mère porte en ses propres capacités à nourrir son enfant.

Par la suite, on n’explique pas aux jeunes mères à décoder les comportements de leur bébé, à le positionner au sein. La plupart des jeunes mères ne connaissent pas le déroulement habituel d’un allaitement maternel ce qui conduit souvent à un arrêt prématuré de l’allaitement maternel par rapport aux souhaits d’allaitement exprimés pendant la grossesse.

Il suffirait donc de renforcer la confiance maternelle et de donner de l’information pertinente pour que cette dimension culturelle de l’allaitement maternel puisse se mettre en place.

En conclusion

Nous voyons donc que l’allaitement maternel est un comportement inné pour le bébé et naturel pour le corps de la mère mais que sans exemple, l’allaitement peine à se mettre en place et se termine souvent sur un échec : l’allaitement maternel est un comportement qui s’apprend. Notre culture occidentale doit donc faire des progrès pour que les jeunes mères puissent réapprendre ce comportement et mener à bien leur projet d’allaitement.

 

ARTICLE PROPOSÉ PAR

 
Véronique Darmangeat
Consultante en lactation certifiée IBCLC
06 07 27 19 30 et allaiteraparis@wanadoo.fr
www.allaiteraparis.fr

- Suivi mère-enfant à domicile ou en maternité
- formation à l'allaitement maternel pour les professionnels de santé

 

 

 

Consultez l'ensemble de nos produits

Crème à l'Aloé Vera
pour assouplir et hydrater la peau

 
creme22

Fleurs de Bach
Mieux gérer les émotions de la maternité
fl-concenG

Huiles d'Argane
de massage
  pour mamans et bébés
vapo_argane

Noix de lavage
idéal pour les nourrissons
NRHKT100_p

Jus frais D'Aloé Vera
pour retrouver santé et force
aloesvera1

Huile de bain aux huiles essentielles
merehuile1