Le Club

 ACCUEIL

Retour à la page d'accueil


  SANTÉ

Mieux se soigner naturellement


 MÈRE-ENFANT

Porter, allaiter, materner et prendre soin d'un petit d'Homme


 SOCIÉTÉ

Écologie, philosophie,
art de vivre


 SPIRITUALITÉ

Textes spirituels et religieux sur l'Homme et la Nature


 

 

 

L'HUMAIN CET ANIMAL

--> AUTRES ARTICLES A LIRE


L'âge du sevrage au lait chez l'humain


Par Véronique Darmangeat,
consultante en lactation
www.allaiteraparis.
fr
 

Les réponses génétiques

Cette question est présente dès que l’on aborde le domaine de l’allaitement maternel.

Chaque nouvelle maman est l’objet de recommandations diverses et variées sur l’âge auquel elle « doit » sevrer son enfant…sans jamais tenir compte du choix de l’enfant. En effet, si l’on laisse à l’enfant la liberté de téter aussi longtemps qu’il le souhaite, il se sèvre de lui-même au moment où il y est prêt.

Laissons donc de côté ces considérations culturelles pour se pencher sur la question suivante : existe-t-il un âge « naturel » du sevrage chez le bébé humain ?

Katherine A. Dettwyler (1), professeur d'anthropologie à l'Université du Texas s’est penchée sur la question. Elle a regroupé les recherches s’intéressant aux comportements de sevrage chez nos cousins primates anthropoïdes (gorilles, orangs-outangs, gibbons, chimpanzés, bonobos) et a proposé différents facteurs de comparaisons.

 Tout d’abord, des facteurs liés à la génétique : la durée de gestation dépend uniquement du patrimoine génétique de chaque espèce. Si l’on fait un rapport entre la durée de gestation et l’âge du sevrage chez les grands singes nos cousins, et que nous appliquons ce ratio à l’homme, le sevrage interviendrait chez l’homme au bout de 4,6 années. L’apparition des molaires définitives ne dépend elle aussi que de notre patrimoine génétique or c’est l’âge auquel certains primates sèvrent leur petit. Si l’homme faisait de même, il sèvrerait alors son enfant entre 5,5 et 6 ans.

En comparaison avec les autres primates

Il existe également d’autres points de comparaison. Mais ceux-ci ne dépendent plus uniquement de la génétique.

Les primates sèvrent en général leur petit quand celui-ci a quadruplé son poids de naissance. Le petit humain serait alors sevré entre 2,5 et plus de 3 ans mais cette donnée est variable d’une population à l’autre.

Si l’on considère que l’âge du sevrage intervient quand le petit a atteint le tiers du poids de l’adulte, le sevrage interviendrait entre 4 et 7 ans. Mais là aussi il existe de grandes disparités selon les régions du monde.

 On observe donc que l’âge « naturel » du sevrage serait compris entre 2,5 et 7 ans. Cependant, si l’on ne prend en compte que les facteurs dépendant uniquement de la génétique, on aboutit à un âge de sevrage compris entre 4 ans et demi et 6 ans.

L'influence culturelle

Chez l’homme, de nombreuses données culturelles influent sur l’âge du sevrage : région du monde, sexe de l’enfant, nourriture donnée à l’enfant, mode de couchage, proximité de la mère et de l’enfant, allaitement à heures fixes, croyances diverses, … Même lorsque la mère décide d’allaiter jusqu’à ce que l’enfant décide de se sevrer lui-même, de nombreux facteurs influent sur ce sevrage : pression de l’entourage, présence de la mère, personnalité de l’enfant, organisation de la famille, … On ne peut donc pas recommander un âge de sevrage idéal.

Cependant, on retire des études précédentes que quiconque prétendrait se fonder sur des données physiologiques pour recommander un sevrage avant l’âge de deux ans et demi ne serait pas crédible. D’ailleurs l’OMS (2) recommande un allaitement jusqu’à l’âge de deux ans au moins et au-delà pour tous les enfants du monde.

Les choix de la mère et de l’enfant sont donc les seuls facteurs valables de détermination de l’âge du sevrage chez l’homme.

(1)   K.A. Dettwyler, A time to wean : The hominid blueprint for the natural age of weaning in modern human populations, in Breastfeeding. Biocultural perspectives. Ed. Aldine de Gruyer, 1995.

(2) OMS, la nutrition chez le nourrisson et le jeune enfant, Cinquante-Quatrième Assemblée mondiale de la Santé, 18 mai 2001.

ARTICLE PROPOSE PAR

 
Véronique Darmengeat
Consultante en lactation certifiée IBCLC
06 07 27 19 30 et allaiteraparis@wanadoo.fr
www.allaiteraparis.fr

- Suivi mère-enfant à domicile ou en maternité
- formation à l'allaitement maternel pour les professionnels de santé

 

 

 

Consultez l'ensemble de nos produits

Fleurs de Bach
Mieux gérer les émotions de la maternité
fl-concenG

Huiles d'Argane
de massage
  pour mamans et bébés
vapo_argane

Noix de lavage
idéal pour les nourrissons
NRHKT100_p

Huile de bain aux huiles essentielles
merehuile1

Crème à l'Aloé Vera
pour assouplir et hydrater la peau
 
creme22

Tisane
Pour améliorer
 le transit
 
tisane500